Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié par Rodrigue BROUILLIARD
Rémy CAILLAT

RESPONSABILITÉS ET MANDATS DE RÉMY EN ACTIVITÉ

 Ancien secrétaire général FO PTT de l'Essonne
 Ancien secrétaire général Union Départementale FO de l'Essonne
 Ancien secrétaire général Union Départementale FO de l'Ain
 Ancien secrétaire confédéral FO (de 1992 à 2000)
 Membre du Conseil Economique et social de Paris
 Membre du bureau international du travail à Genève

ENGAGEMENTS APRÈS SON DÉPART EN RETRAITE

 Membre de l'association française de l'organisation internationale du travail
 Membre de l'académie de la Bresse et des commandeurs des caveaux Bugistes
 Représentant des chèques déjeuners dans l'Ain
 Président de la mutuelle générale de l'Ain
 Président du Conseil économique et social local de Bourg en Bresse 

 

 LES TÉMOIGNAGES DE RESPONSABLES SYNDICAUX

 

FO DES PERSONNELS DU CONSEIL GÉNÉRAL DE L'AIN

Mon cher Rémy,

Tu nous a quitté brutalement cet après midi du 29 septembre 2011 suite à un accident de la route.

Tu as tout au long de ta vie professionnelle, et même après, milité pour l'organisation syndicale Force Ouvrière.

En tant que Secrétaire général de l'Union Départementale des syndicats FO de l'Ain, tu avais notamment, participé activement à la création et au développement du syndicat FO des personnels du Conseil général de l'Ain.

Tu resteras à mes yeux un grand homme, droit, avec de grandes convictions, des valeurs et une détermination à toute épreuve, mettant tes qualités humaines au service des autres.

Tu nous manques terriblement...

Rodrigue Brouilliard
Secrétaire général FO CG01

 

JEAN CLAUDE MAILLY, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL FO

Rémy Caillat nous a quittés tragiquement le 29 septembre sur une route de l’Ain. Militant FO de ce qu’on appelait les PTT, Rémy fut notamment Secrétaire général de l’Union départementale de l’Ain, membre de la commission exécutive confédérale. Il fut élu membre du Bureau confédéral en 1992, où il a été responsable du secteur juridique, puis de la presse confédérale jusqu’en 2000, année où il avait fait valoir ses droits à la retraite. Il avait aussi suivi notre développement dans le secteur de l’enseignement, auquel il était très attaché, convaincu de l’importance en particulier de la non confusion entre éducation et enseignement, et du respect de la laïcité.

Militant déterminé, homme sensible, doté d’une bonne plume, Rémy aura marqué l’organisation FO et ses militants.

Au nom du Bureau confédéral, je présente à son épouse, ses enfants et petits-enfants nos plus sincères condoléances.

Jean-Claude Mailly
Secrétaire général

 

MARC BLONDEL, ANCIEN SECRÉTAIRE GÉNÉRAL FO

Ma chère Paule, famille Caillat
Mon univers se restreint et mon cœur se serre. Lorsque le camarade de l'Union départementale de la Loire a téléphoné pour m'indiquer la nouvelle, j'ai refusé d'y croire et, maintenant, j'avoue ne pas l'admettre.

J'ai conscience qu'au-delà des circonstances, les mots ont une valeur relatives et qu'ils sont incapables de nous faire oublier la vérité.

Tout me revient à la mémoire, notre engagement commun, les réunions préparatoires aux congrès, l'équipe que nous avons formée lorsqu'il est venu au bureau confédéral, nos escapades à Genève pour le BIT, son engagement à Solidarité Laïque et même son départ du bureau confédéral.

Au hasard de nos activités post-militantes et permanentes, nous avons encore travaillé ensemble à l'AFOIT et je prenais plaisir à lire les publications du Conseil Economique de Bourg en Bresse.

Je garderai toujours le souvenir de notre repas à Bourg à l'occasion d'un de mes passages où nous avions bénéficié de tes talents de cuisinière.

Alors, aujourd'hui, ma plume est insignifiante par rapport au chagrin que cacahuète et moi partageons avec vous.

Malheureusement je ne pourrai me rendre à Bourg pour exprimer publiquement mon hommage et ma fraternité à Rémy, veuillez m'en excuser, mais sachez que notre pensée et notre amitié vous accompagnent.

Marc Blondel

 

FÉDÉRATION DE L'ENSEIGNEMENT, DE LA CULTURE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE FO

Cher Camarade,
Le souvenir que nous garderons de Rémy, est celui d’un camarade qui s’est dépensé sans compter, et avec talent, pour le développement de Force Ouvrière dans l’Enseignement.

Tous les camarades des instances de la Fédération s’associent à moi pour te renouveler ainsi qu’à tous les proches de Rémy nos sentiments d’amitié.

Hubert RAGUIN

Secrétaire Général de la Fédération de l'Enseignement, de la Culture et de la Formation Professionnelle FO

Cher Jean Claude Mailly,
Je viens d'apprendre la disparition tragique du camarade CAILLAT.

Il fut constamment aux côtés des syndicats de la FNEC FP pour l'aider à se développer lorsqu'il était responsable du secteur correspondant de la confédération. Nous avons toujours pu compter sur sa présence vigilante pour concrétiser avec les unions départementales la construction de syndicats confédérés et indépendants au sein de l'enseignement.

Par ailleurs, je me souviens de 1989 et de la preuve concrète qu'il témoigna de son attachement indéfectible à l'organisation. Indépendamment des aléas de la vie, il a ainsi marqué, avec son caractère, un moment important de l'histoire de notre confédération. Peux-tu transmettre aux siens mes plus sincères et amicales condoléances ?

Bien amicalement,
François CHAINTRON

Ancien Secrétaire Général de la Fédération de l'Enseignement, de la Culture et de la Formation Professionnelle FO 

 

UNION DÉPARTEMENTALE FO DE PARIS

Rémy Caillat nous a quitté.

C’est une grande perte pour le mouvement syndical et social.

Personnellement, j’ai connu Rémy lors de son arrivée au bureau confédéral.

Immédiatement, nous nous sommes liés d’amitiés. J’ai apprécié ses qualités humaines.

Homme de dialogue au contact facile, toujours à l’écoute et de bons conseils.

Il m’a marqué par sa chaleur humaine et son esprit fraternel.

Au nom du syndicat national des employés et cadres de presse, d’édition et de publicité Force Ouvrière, je présente à son épouse, à ses enfants petits enfants et tous ses proches, nos plus sincères condoléances.

Jacques Girod.
Secrétaire adjoint UDFO75

 

SYNDICAT NATIONAL DES INSTITUTEURS ET PROFESSEURS DES ÉCOLES DE L'ENSEIGNEMENT PUBLIC FO DE L’AIN

Rémy Caillat était un ardent défenseur de l’école publique et laïque, du droit à l’instruction pour tous les enfants et du droit à une formation de qualité pour ses maîtres. Lorsque dans les années 80, des enseignants ont commencé à quitté la FEN pour rejoindre FO, c’est tout naturellement qu’il les a soutenus, tant au niveau départemental que national.

Dans l’Ain, comme secrétaire de l’Union départementale FO, avec Paule à ses côtés, il a œuvré pour qu’une section du SNUDI FO voit le jour, aidant les camarades tant sur le plan financier qu’en se rendant disponible pour discuter avec eux de la meilleure façon d’implanter FO dans les écoles, pour les accompagner en audience auprès de l’Inspecteur d’Académie, pour convoquer des conférences de presse, ou pour sonner le branle-bas de combat lors des élections professionnelles. Homme de terrain, il avait son dada : les visites d’écoles. Homme de
conviction, il savait décrocher son téléphone et ne lâchait pas prise.

Par la suite, il s’est fait plus rare à l’UD, mais il a toujours montré une attention bienveillante auprès des camarades instits, prenant des nouvelles du SNUDI FO.

Quand on le rencontrait, il avait cette petite phrase fatidique « combien de cartes ? » Dès le départ, il avait pour le SNUDI FO de l’Ain un objectif de 100 cartes, tant il était convaincu qu’une confédération indépendante comme Force Ouvrière pouvait avoir un écho dans les écoles. Pour les adhérentes, qui se comptaient alors sur les doigts d’une main, l’ambition était grande.

Elle est atteinte aujourd’hui, mais il aura fallu un peu plus de temps que ce que l’enthousiasme de Rémy lui faisait envisager.

C’est de son enthousiasme et de son attachement à la confédération dont nous nous souviendrons.

A Paule, à ses enfants et petits enfants, nous renouvelons nos sincères condoléances. 
Alain Laurent, Nicolas Dussuyer, Jocelyne Lagrange

 

FO COMMUNICATION DE L'AIN

Rémy a commencé sa carrière au PTT, il s’engage très vite pour la défense du personnel comme militant FO, il devient Secrétaire Général de l’Union Départementale FO de l’Ain. Ensuite, il deviendra le Secrétaire Confédéral du Secteur Presse auprès de Marc BLONDEL, et Président du Comité de Section de l'Ain de la Mutuelle Générale. Il était encore le Président du Conseil Économique Local de l'Ain.

Cet homme à l’engagement social sans faille va gravir tous les échelons pour devenir secrétaire confédéral du syndicat FO à Paris.

Il y a dix ans Rémy reviens avec son épouse à Bourg-en- Bresse.

A Bourg en 2005, le Conseil Economique et Social Local est créé, tu en deviens le président, favorisant la participation citoyenne de la vie publique, de ses habitants et de sa ville.

En 2005 Rémy devient Président du comité de section de l’Ain de la mutuelle générale, tu défends avec force et vigueur l’esprit mutualiste. Tu quittes ces fonctions en 2011, pour consacré plus de temps auprès de ta famille.

Rémy, homme de conviction, d’action, d’une intégrité sans faille, la sincérité envers ces amis.
Toujours à l’écoute pour rendre service, disponible envers nous, un homme droit.

Rémy ne supportais pas l’injustice, ces faux semblants d’amis, ces profiteurs et ces opportunistes qui ont trahi ta confiance.

Ce n’est pas quand tout va bien que l’on reconnait un ami, c’est plus tôt quand tout va mal que l’on a plus besoin d’un véritable ami. Et bien Rémy, oui, tu étais toujours à mes côtés pour trouver les mots justes et réconfortants.

Avec Rémy on pouvait discuter de tous les sujets d’actualités, culturelles, sportif, tu t‘intéressais à la vie locale, ambassadeur du département de l’Ain avec ‘’l’académie de la Bresse’’. Fin gourmet, tu aimais nous dire que Brillat Savarin était né à Belley pas loin de chez toi.

Homme discret, efficace et d’une simplicité mais au combien généreux. Avec ton épouse Paule lorsque j’étais de passage chez-vous, j’ai toujours apprécié votre accueil.

Rémy était un véritable ami, la dernière fois que nous nous sommes vu, c’était sur une étape du tour de l’Ain sa passion le cyclisme.

Tu étais heureux de m’annoncer que tu allais être une fois de plus Grand-père.

Avec toi on ne s’ennuyait jamais... Hélas, Le destin a voulu que tu nous quitte trop rapidement, trop brutalement, ce vide que tu nous laisses.... Sache que nous penserons toujours à toi.

Au nom de toute la section FO de la communication télécom de l’Ain, nous adressons à toute la famille et ses proches toutes nos sincères condoléances.
Alain Mathieu 

 

FO COMMUNICATION DE LA POSTE DE L'AIN

Mon pauvre Rémy,

Notre département de l’Ain détient un triste record de morts sur les routes, et ce jour-là dans le journal, c’était ta voiture fracassée qui faisait la Une… Quelle horreur…

Je t’ai connu lorsque je n’étais encore qu’un adhérent de base du syndicat PTT de l’Ain, comme il s’appelait alors.

L’Union Départementale CGT-FO te présentait comme le bras droit de Marc Blondel : respect ! Et dans FO HEBDO, j’ai découvert tes talents de rédacteur.

Tu m’avais ébloui, quand j’avais entendu pour la première fois ton intervention lors d’un Comité Général. Je découvrais aussi tes qualités d’orateur.

Puis quelques années plus tard, comme j’avais commis une petite animation musicale pour un Congrès départemental FO PTT Ain, tu m’avais alors déclaré avec ton sourire habituel : « Tu aurais dû me dire que tu allais monter sur scène pour jouer de la guitare, car moi aussi j’en joue, du Rockabilly… C’est con… On aurait pu faire ça à deux ! ». Je découvrais ce jour-là le musicien.

Adepte de la petite reine, je t’ai retrouvé jeune retraité, tenant le stand « chèques déjeuner » dans le village des sponsors du Tour de l’Ain cycliste. J’ai compris que tu étais également sportif.

Lors des élections en 2005 au sein du Comité de section de la Mutuelle Générale, ex MG-PTT, élu FO tu as accepté de prendre la présidence. Tu nous montrais ta facette de militant mutualiste.

Enfin quand fût créé à Bourg-en-Bresse le Conseil Économique Social local, présenté par Force Ouvrière, tu en es devenu le Président. Tu nous dévoilais ton côté humaniste au service des citoyens.

Ton esprit diplomatique faisait merveille pour asseoir autour de la même table des participants de tous bords.

Et quelle maestria pour faire venir à l’inauguration des nouveaux locaux de notre agence locale de la Mutuelle Générale, les personnalités politiques de gauche comme de droite.

Avec ta disparition sort du cercle de mes amis une figure affable, serviable et sympathique. Tu étais un exemple pour moi. Je n’oublie pas que tu m’as fait connaître entre autres le milieu journalistique.

J’espère me souvenir longtemps de ton exemple pour essayer de devenir meilleur.

Comme on dit dans mon Jura d’enfance : « Adieu le Rémy ! »

Le secrétaire départemental,
Raymond MOYA


 

L'UNION DÉPARTEMENTALE FO DE L'ESSONNE

Adieu Rémy,

C’est un camion sur la route assassine qui a mis fin à la destinée de notre ami Rémy.

Nous voudrions partager le chagrin de son épouse et de tous les siens.

Pour nous c’est un grand militant qui vient de disparaître et son action est étroitement liée à l’extension de la CGT FO dans le département. 

Lorsqu’en 1964 les anciennes Seine et Seine et Oise ont éclaté en départements, FO était sans structure organisationnelle, à part l’Union Locale de Corbeil et de ses environs. La région parisienne ( URP FO ) chapeautait les nouveaux départements où avaient été créées les délégations départementales Force Ouvrière, avec un délégué à la tête de chacune d’entre elles. Plusieurs camarades ont été en responsabilité avec des difficultés dues à leurs activités professionnelles.

Sans conteste lorsque Rémy jeune militant postier a été désigné comme délégué permanent dans l’Essonne les choses ont rapidement pris forme. Rémy a donné une dynamique syndicale à notre département. Il a structuré les activités de la délégation en faisant venir des militants en responsabilité.

Il a créé l’AFOC qui a eu un grand succès à l’époque, il a établi les relations nécessaires avec le Préfet et toutes les autorités administratives départementales et parfois régionales.

Il a sillonné le département dans sa SIMCA ARONDE en compagnie de camarades afin de faire connaître FO et créer des syndicats. Porté par le dynamisme et l’enthousiasme de Rémy de nombreux camarades nous ont rejoint et fait ainsi du 91 une solide implantation de la CGT FO.

Lorsque Rémy a été appelé pour d’autres fonctions et responsabilités tant à la Région qu’à la Confédération et à l’Union Départementale de l’Ain nous étions en ordre de marche pour affronter les premières élections prud’homales qui se profilaient pour 1979 et que nous abordions avec une confiance qui s’est justifiée par la suite.

Forts de cette expérience nous avons engagé la grande mutation départementale et la création de notre UD ainsi que l’installation dans les nouveaux locaux à EVRY.

Adieu Rémy. Tout son souvenir restera lié à l’histoire de la CGT FO dans l’Essonne.
L’Union Départementale FO 91


 

L'UNION DÉPARTEMENTALE FO DE L'AISNE

Chers Camarades,

Merci de transmettre à la famille de Rémy et à tous ses amis et compagnons de combat toute la sympathie attristée de l'Union Départementale FO de l'Aisne.

ersonnellement, j'ai croisé le chemin de Rémy lorsque j'étais le Secrétaire Général du Syndicat National des Personnels cgt-FO de l'ANPE. J'en garde le souvenir d'un militant et d'un dirigeant exemplaire.

SALUT ET FRATERNITE !

Gérald FROMAGER
Secrétaire Général UD FO de l'Aisne

 

L'UNION DÉPARTEMENTALE FO DE LA MANCHE

Chers camarades,

Au nom de l'UD FO de la Manche, je vous prie de recevoir nos plus sincères et fraternelles condoléances à l'occasion du décès de Rémy. 

je vous remercie également de bien vouloir les transmettre à sa famille, avec tout notre soutien.
j'ai peu connu Rémy, mais j'ai toujours apprécié ses articles quand il était chargé de FO Hebdo.

C'est assurément une grande perte pour l'organisation.

Bien fraternellement,
Yann PERROTTE
Secrétaire général
UD FO 50

 

ARCELORMITTAL DE BOURG EN BRESSE

Au revoir camarade

Cela faisait 5 ans que l’on se connaissait mais ta réputation t’avait précédé.

Un militant avec un grand M et un humaniste avec un grand H est parti ce 29 septembre.
Que cela soit en dehors ou dans de notre vie pro, j’ai connu un homme de conviction et foncièrement humain.

Il m’est difficile de retranscrire avec des mots ce que je ressens, mais mes pensées seront toujours présentes pour toi et les tiens.

Au cours de cette journée noire, nous avons perdu un homme honnête, nous avons perdu un homme qui a donné sa vie aux autres.

Que tes convictions et ton don de soi servent d’exemple.

Au revoir l’ami
Sébastien Vacher

 

ARTICLES DE MAGAZINES ET DE JOURNAUX

 

C'EST À BOURG

Hommage à Rémy CAILLAT

Comme beaucoup, j'ai appris avec une grande tristesse la disparition accidentelle de Rémy CAILLAT, président du Conseil Economique et Social local (CESL) de Bourg-en-Bresse.

Très connu et apprécié des Burgiens, cet homme de terrain et d'engagement a servi, avec conviction ses citoyens et sa ville C'est, notamment, sous son impulsion que la ville de Bourg-en-Bresse avait lancé, en 2005, le Conseil Economique et Social local qu'il présidait depuis le 19 janvier 2006.

Son décès est une perte pour Bourg-en-Bresse. Au nom de l'ensemble du conseil municipal, j'adresse à sa famille et ses proches mes condoléances très sincères.

Jean-François DEBAT 
Maire de Bourg-en-Bresse
"C'est à Bourg" le Magazine de la ville de Bourg-en-Bresse, n°209 octobre 2011

 

LE JOURNAL LE MONDE

Le bureau et le conseil d'administration de l'Association Française pour l'organisation international du travail, ont la tristesse de faire part du décès accidentel de Rémy Caillat, ancien secrétaire général de l'association et membre fondateur, survenu le 29 septembre 2011, dans sa soixante-cinquième année.

Il laissera le souvenir d'un homme de conviction, militant syndical, mutualiste et associatif.
Ses obsèques auront lieu à Bourg en Bresse, le lundi 3 octobre.

 

 LE JOURNAL LE PROGRÈS


Bourg Une forte personnalité impliquée sur le terrain syndical, social, sportif et local Rémy Caillat est décédé jeudi dans un accident de la route, à l’âge de 65 ans.

Ainsi disparaît une forte personnalité de Bourg-en-bresse et de l’Ain, impliquée sur de nombreux terrains : syndical, social, sportif, local, etc.

Le contrôleur de la Poste et France Télécom a fait ses armes de syndicaliste à Force Ouvrière. Il en a gravi tous les échelons, du secrétariat de l’Union départemental au bureau confédéral, aux côtés d’André Bergeron, puis de Marc Blondel.

Rémy Caillat présidait également la Mutuelle de l’Ain. Bourg-en-Bresse lui doit la création du Conseil économique et social local (CESL) en 2005, et le passage du Tour de France en 2002. Une étape obtenue grâce aux relations privilégiées qu’il entretenait avec le monde du cyclisme, sa passion. Sur le Tour de l’Ain/Route du Progrès il représentait le groupe Chèque Déjeuner, l’un des partenaires de l’épreuve.

Le maire de Bourg-en-Bresse, Jean-François Debat salue « l’homme de terrain et d’engagements. Comme mes collègues de tous bords, j’ai toujours été impressionné par son enthousiasme, sa franchise et surtout sa passion pour notre ville et ses habitants ».

Le député, Xavier Breton, revient sur la création du CESL. « Je me souviens de sa détermination et de sa passion pour défendre les valeurs auxquelles il croyait : favoriser la participation citoyenne à la vie publique tout en préservant farouchement son indépendance par rapport au pouvoir politique ».

Pour le président de l’office du tourisme de Bourg-en-Bresse, Christophe Feillens, « Il était tout le temps en mouvement. C’était la cheville ouvrière de tellement de choses… Il avait son franc-parler et ne faisait pas de cadeau mais il n’y avait jamais de quiproquo. Il ne dérogeait pas. C’est lui qui m’a mis le pied à l’étrier aux Prud’hommes, pour lui l’une des plus belles fonctions au monde ».

L’animateur François Belay, président de l’Académie de la Bresse et speaker du Tour de France le connaissait depuis une trentaine d’années. « Rémy Caillat, c’était le militant absolu, intègre et consciencieux. Un homme d’action et de réseaux qui connaissait un monde fou. C’était aussi un empêcheur de tourner en rond. Il mettait toujours le doigt où ça faisait mal, toujours dans la critique positive ». 
Article du progrès Publié le 01/10/2011

 

LE JOURNAL LA VOIX DE L'AIN

Rémy Caillat, président du CESL, brutalement décédé

Une figure de la vie burgienne a disparu la semaine dernière. Rémy Caillat, 65 ans, est décédé brutalement dans un accident de la circulation. Il circulait sur la RD1075, dans le sens Bourg en Bresse – Ambérieu-en-Bugey, quand, au lieu dit Coutelieu sur la commune d’Ambronay, son véhicule s’est déporté sur la gauche et a heurté un poid lourd.

Il était 15h10. Rémy Caillat était seul à bord. Son décès a été constaté à 16h20 par le médecin des urgences d’Ambérieu. La conductrice du poids lourd, une femme agée de 32 ans originaire de Savoie, n’a pas été bléssée. Fortement choquée, elle a été conduite à la clinique mutualiste d’Ambérieu en Bugey.

A l’heure de notre bouclage, rien ne permettait aux enquêteurs d’expliquer cette sortie de route mortelle.

Le décès de Rémy Caillat a plongé la ville et le bassin burgien dans la consternation et le chagrin. Fonctionnaire, sa carrière professionnelle s’était déroulée à la poste et à France Télécom, où il s’engagea dans le militantisme syndical à Force Ouvrière.

Il fut notamment secrétaire général de l’union départementale de l’Ain de 1981 à 1992. De 1980 à 1983, il fut membre du conseil économique et social régional. Il intégra à partir de 1998 l’instance national de cette institution.

Cette expérience et cet engagement l’incitèrent à convaincre la mairie burgienne de créer un conseil économique et social local. Rémy Caillat présida cette instance consultative depuis sa création le 19 janvier 2006. « je me souviens de sa détermination et de sa passion pour défendre les valeurs auxquelles il croyait : favoriser la participation citoyenne à la vie publique tout en préservant farouchement son indépendance par rapport au pouvoir politique.

Son attachement à la ville le rendait soucieux de tout ce qui pouvait contribuer à dynamiser et à faire rayonner Bourg en Bresse » déclare le député Xavier Breton, premier adjoint à l’époque.

Même admiration chez le maire Jean François Debat : « j’ai comme mes collègues de tous bords, toujours été impressionné par son enthousiasme, sa franchise et surtout sa passion pour notre ville et ses habitants. Il savait leur parler, capter leur attention et faire avancer les choses ; comme nous l’avons encore vu, il y a quelques jours seulement, lors de la présentation de l’important du CESL sur « les conséquences du vieillissement de la population sur le bassin de vie de Bourg en Bresse. Son décès est une perte pour notre ville ».

Passionné de cyclisme, Rémy Caillat avait été un des acteurs prépondérants de l’organisation du passage du tour de France à Bourg en 2007. Xavier Breton souligne « le rôle essentiel qu’il a joué aux côtés de Jean-Michel Bertrand, pour permettre l’arrivée d’une étape dans notre ville ». On l’avait vu encore récemment sur les routes du tour de l’Ain, représentant l’un des sponsors, Chèque déjeuner.

Philippe Cornaton et Caroline Guérin
Article de la voix de l'Ain Publié le 07/10/2011